Découvrez notre nouveau site internet, modernisé et enrichi, pour mieux vous informer, mieux vous accompagner

Recherche

Le pronostic de l’atrésie des voies biliaires extra-hépatiques dépend de la rapidité de la prise en charge chirurgicale (Pays-Bas)

Publié le 20/04/2012

L’atrésie des voies biliaires (VB) extra-hépatiques (AVBEH) non opérée conduit au décès par cirrhose avant 1 an dans 50 % à 80 % des cas. Trois types sont décrits : I atrésie du cholédoque, II du canal hépatique, III (90 % des cas) de l’ensemble des voies biliaires extra-hépatiques. De plus, certaines formes syndromiques comprennent une asplénie ou une polysplénie, une dextrocardie, une malrotation intestinale qui aggravent le pronostic. Le traitement chirurgical par porto-entérostomie (Kasaï) vise à rétablir le flux biliaire, éventuellement dans les types I et II par jéjunostomie sur la partie perméable de la VB. L’échec de cette chirurgie conduit à la transplantation hépatique.

Des pédiatres néerlandais ont revu tous leurs cas d’AVBEH observés de 1987 à 2008.  Pendant cette période, le diagnostic a été posé pour 231 nourrissons dont 114 filles (49,4l %). Après exclusion de 3 cas venant des Antilles, l’incidence était de 1 pour 18 619 naissances vivantes. La durée du suivi  médian a été de 6,9 ans (0,1-21,9 ans) et pour les survivants de 9,7 ans (0,5-21,9 ans). Quatre patients n’ont pas eu de dérivation en raison de malformations multiples (n=2), d’un décès précoce et d’un retard à la consultation pour un enfant qui a été greffé d’emblée. Dix malades ont eu une laparotomie exploratrice sans correction chirurgicale pour des raisons diverses et 6 d’entre eux ont eu une greffe de foie ultérieure. Finalement, 214 enfants ont subi une dérivation de Kasaï. Leur taux de survie 4 ans plus tard, sans greffe était de 46 % ± 4 % et le taux de survie global de 73 % ± 3 %.

Sur les 2 périodes, 1987 à 97 et 1998 à 2008, la disparition de l’ictère, observée dans 92 % des cas, la survie sans greffe et la survie globale n’ont pas été significativement différentes. Les facteurs significativement associés, de façon indépendante, à l’augmentation du taux de survie sans greffe à 4 ans étaient la guérison de l’ictère (p<0,0001) la chirurgie durant les 60 premiers jours de vie (p=0,003) et la prophylaxie des cholangites par antibiothérapie orale postopératoire (p=0,001).  En revanche, la corticothérapie et l’acide ursodéoxycholique n’ont pas eu d’effet sur le taux de survie sans greffe. Le nombre d’interventions de dérivation pratiquées par chacun des 6 centres n’a pas eu d’effet sur le pronostic. Les transplantations hépatiques, pratiquées dans un seul centre chez 62 patients, ont abouti à un taux de survie à 4 ans entre 77 % et 80 %.

En conclusion, le pronostic sur 2 décennies ne s’est pas modifié ; il est comparable à celui des autres centres occidentaux. Une chirurgie précoce et une antibiothérapie postopératoire améliorent le pronostic significativement.

Pr Jean-Jacques baudon

De Vries W et coll. : Biliary atresia in the Netherlands: outcome of patients diagnosed between 1987 and 2008. J Pediatr 2012; 160: 638-44

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/21_pediatrie/e-docs/00/02/01/39/document_actu_med.phtml

Rechercher

Rechercher

Tenez-vous informé des actualités de l’AMFE en vous inscrivant à la newsletter.