Découvrez notre nouveau site internet, modernisé et enrichi, pour mieux vous informer, mieux vous accompagner

Recherche

Améliorations techniques et enjeux extrahépatiques de la transplantation hépatique chez l’enfant

Langue :

Par : C. Le Coultre, P. Majno, Ph. Bugmann, G. Mentha, J. Birraux, D. C. Belli

Date de publication :

Résumé de l'article :

Après transplantation hépatique chez l’enfant, la survie est actuellement de 90%. Les indications pour la transplantation sont l’atrésie des voies biliaires, les maladies métaboliques, l’hépatite fulminante et d’autres pathologies rares. Pour pallier le manque d’organes, des techniques comme la réduction du foie, la bipartition ou le recours aux donneurs vivants apparentés sont utilisées. De juillet 1989 à juillet 2001, 48 transplantations ont été réalisées chez 44 enfants, avec une survie de 91%. Ces réalisations ont également permis des projets de recherche sur la fonction rénale, la nutrition, la croissance et l’ostéoporose. Parmi les 44 enfants vivants ayant bénéficié d’une greffe de foie en Suisse depuis juillet 1989 à juillet 2001, la survie est de 91%. Les indications de transplantation comprennent l’atrésie des voies biliaires, les maladies métaboliques, l’hépatite fulminante et d’autres pathologies rares. Pour faire face au manque d’organes, différentes techniques comme la réduction du foie, la bipartition et le recours aux donneurs vivants apparentés ont été utilisées. En plus de garantir une survie élevée, ces réalisations ont également permis des avancées dans la recherche sur la fonction rénale, la nutrition, la croissance et l’ostéoporose. Cependant, il est encore essentiel d’explorer des solutions alternatives pour éviter la transplantation et de poursuivre les efforts visant à identifier les donneurs potentiels en état de mort cérébrale et à faciliter le partage des organes lorsqu’il est possible.

Rechercher

Rechercher

Tenez-vous informé des actualités de l’AMFE en vous inscrivant à la newsletter.